Définitions de l'Amour/Of the dangers of saying 'I Love You'

Publié le par Emmanuelle

L’amour gourmand

Au commencement, l’amour se confond totalement avec l’instinct de survie, l’appétit et la gourmandise, que les Grecs appelaient pornéia. Au fond de nous, existera toujours un enfant qui veut « manger sa maman » : c’est la base même de notre sensualité. Mais un être qui ne connaîtrait que ce stade ne deviendrait pas vraiment humain.

L’amour passion

Dès l’enfance, l’appétit animal se double d’érotisme, sens esthétique et ludique, qui peut jouir de la simple contemplation de la beauté de l’aimé. L’éros des Grecs est raffiné, mais il continue à voir l’autre comme l’objet de son plaisir. Il demeure dans le manque, tout comme pothos (l’amour-besoin) et pathé (l’amour-passion), séducteurs et possessifs.

L’amour tendresse

Tout bascule avec la tendresse (la storgè des Grecs), qui voit l’autre comme un sujet libre et accepte sa différence. C’est au même élan, de moins en moins égoïste, qu’appartiennent : la philia, amour-amitié qui ressent plaisir et joie à constater que l’autre est heureux, même indépendamment de soi ; l’eunoia, amour-dévouement au service du meilleur de l’autre ; et charis, amour-gratitude qui aime sans condition.

L’amour amour

Peu d’êtres, sans doute, parviennent à cet état - l’agapè ! -, que certains disent « bouddhique » ou « christique », rayonnant d’amour par le simple fait d’exister, en direction de toutes et de tous, comme le soleil éclaire indistinctement son environnement entier. À ce stade, il devient évident que « ce n’est pas exactement moi qui t’aime, c’est l’amour qui aime à travers moi. » Vision mystique, sans aucun doute, que partagent toutes les grandes traditions.

La confrontation accompagne l’évolution

De la bataille entre chiots, se disputant les mamelles de leur mère, à la sainte colère de l’amour inconditionnel, qui ne peut accepter n’importe quoi de l’autre, précisément parce qu’il l’aime, la relation amoureuse fait des étincelles tout au long du chemin. Mais la confrontation évolue elle-même. Aveuglément jalouse au départ, elle traverse tous les stades qui mènent de la frustration au renoncement et à la compassion, pour aboutir à la joie d’être quel que soit le contexte.

 échelle amour

oOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOoOo

Il y a peu de temps, j'ai eu une discussion avec un ami qui avait cette liste dans sa voiture. Et quand je lui ai dis que je ressentais plus souvent quelque chose de l'Agape que du pothos, mania pathè et de l'eros, il ne m'a pas cru.
Et pourtant... rétrospectivement, les gens que j'ai le plus aimé sont des gens dont je peux dire ou j'ai pu dire que j'étais amoureuse. 
Mais à aucun moment je n'ai voulu être leur copine, ou leur amante.
Ce n'est absolument pas ce qui m'intéressait.
Je me souviens d'une fois, un ex qui m'a dit : "Je t'ai vraiment aimé, 30 secondes, et c'était tellement vertigineux, comme un puit sans fond et j'ai reculé d'un pas".
C'est EXACTEMENT ce que j'ai ressentis moi aussi pour lui.
J'ai vu que j'aurais pu l'aimer, mais ce puit sans fond, je me serais perdu dedans. Avec plus rien pour me raccrocher.
Moi aussi je me suis éloignée du bord. 
Je ne suis pas intéressée par la passion et je suis rarement en adéquation sensuelle.
J'aime ses gens mille fois mieux quand on ne s'appartien pas.
Ils se marrient, ils se mettent en couple, on se voit très rarement.
Mais l'amour est intact, depuis la première fois que je les ai vu.
C'est leur être qui transparait et me touche. Craque mon coeur et j'ai des vertiges de beauté et de contemplation de leur être-coeur.
Quand on mélange cet amour très fort avec des contrats de relation, le risque est de creer des attentes.
Si j'avais été la copine de l'un d'entre eux, j'aurais eu des attentes, et ça m'aurait détruite.
Ils peuvent être aussi imparfaits qu'ils veulent, il n'y a pas de déception.
Puisque c'est deux amours émetteurs qui se rencontrent.
Car j'ose croire qu'ils ressentent la même chose pour moi.
Il n'y a aucune jalousie.
Il n'y a qu'une envie c'est qu'ils soient eux-mêmes plus fort, qu'ils assument qui ils sont. Qu'ils soient eux-même au maximum de leur volume, de leur intensité. Qu'ils rayonnent d'eux-même.
Qu'ils soient heureux et qu'il reçoivent l'amour qu'ils méritent.
Et qu'ils aiment aussi avec justesse, en étant eux-même.
Mais c'est rare !!! Tellement rare !!!
Et beau, tellement beau !!!
Par ailleurs je n'ai jamais été aussi heureuse en couple qu'avec quelqu'un dont je n'étais pas amoureuse, mais pour qui j'avais énormément de désir, jusqu'à aujourd'hui.
Quelqu'un qui reste un mystère et que je ne comprends pas.
Mais dont j'ai pu accepter la différence. Avec qui j'ai trouvé un équilibre, de l'espace pour moi-même. 
Mais lui voulait de la passion et de la fusion, synonime de danger pour moi. Car souvent ça veut dire se perdre soi et renier l'altérité. Qui fait beaucoup de dégâts...
Qui est comme un drogue et qui fait perdre la tête.
Quelqu'un qui me dit "Je t'aime bien" plutôt que "je t'aime je veux vivre avec toi pour toujours, tu es la femme de ma vie blablabla etc" a m confiance et du coup je peux m'ouvrir peu à peu.
Etc etc, ça peut continuer longtemps.
Malheureusement, je rencontre peu de gens qui veulent jouer ce jeux de la vérité et de la liberté, ce jeu de l'altérité acceptée et appréciée...
J'ai l'impression de nager dans un mer de rêves et de projections qui ne me concernent pas. Avec des gens qui ne me "voient" pas, mais projettent sur moi.
La preuve en est, s'ils n'ont pas ve qu'ils veulent, il ne veulent plus me voir.
Et je dis, en quoi est-ce de l'amour ?
Tu m'as tellement raconté que tu m'aimais, mais en fait tu me VOULAIS, dans ta vie, dans ton lit.
Sans AIMER moi et mes aspiration qui sont diffrérente des tiennes et surtout qui n'ont peut-être rien à faire avec toi.
Et cela me rend dingue..
Ces gens qui me disent m'aimer mais qui peuvent très bien se passer de moi si je n'accepte pas un certain rôle dans leur vie.
C'est égoîste et capricieux.
Il n'y a aucune place pour mon être dans ces relations.
Comme on dit : "L'amour c'est ce qui reste quand on est plus amoureux".
De mon côté, je crois avoir rennoncé à ce rêve de fusion, de passion, de pocession, d'exclusivité il y a bien longtemps et je ne m'en porte que mieux. Je n'y ai vu que source de soufrance et d'insécurité.
Faire dépendre d'une seule personne son bien-être, se remettre tout entier en une personne. C'est ignorer qu'elle peut être faillible, et c'est ce qui fait son humanité, son imperfection. Il n'y a pas de prince charmant et qui en veut un? Sérieusement ???
Ne pas tout laisser reposer sur quelqu'un c'est l'authoriser à faillir, à "experience (cf Anglais), l'authoriser à être un humain, et l'aimer comme tel.
C'est lui dire; je t'aime même si des fois tu ne me comprends pas et que ça me fait mal. 
Je t'aime même si tu désire ou a désiré une autre. 
Parcequ'est-ce que le grand amour si en fait ce qu'on aime c'est que l'autre nous désire mais pas ce qu'il est tout changeant qu'il soit !
Quand quelqu'un que j'aime aime une autre personne c'est comme s'il me montrait la beauté d'une autre personne.
Et il y a juste plus d'amour, plus de beauté. Une personne qui a la capacité de nous ouvrir les yeux et le coeur pour la beauté et l'amour d'autres personnes.
N'est-ce pas Brassens qui chantait :
"À l'ombre des maris mais, cela va sans dire,
 Pas n'importe lesquels, le les tri', les choisis.
 Si madame Dupont, d'aventure, m'attire,
 Il faut que, par surcroit, Dupont me plaise aussi!
N'y a-t-il pas de cocus pleins de compassion et de solidarité pour la personne avec qui leur compagnon les trompes ?! "

N'y a-t-il pas de cocus pleins de compassion et de solidatiré pour  la

personne avec qui leur compagnon les trompe ?!

Oui, on me dira que je suis une utopiste, que ça ne fonctionne pas comme ça. 

Ou pire que l'amour fidèle (dans le sens qu'il ne change pas), amoureux, passionné, constant existe et qu'il n'est pas pétrit de mensonges à soi-même et à l'autre. Baigné d'aveuglements et d'éttouffements de soi-même pour correspondre au rôle dans lequel on s'est mis juste en ayant le malheur de tomber amoureux...Sincèrement...

Et je recommande à tous la lecture de ce blog plein de bon sens !!

http://nicoledaedone.com/

 

Commenter cet article